Woman's Day : rencontre avec 3 dirigeantes, Emmanuelle Marteau-Fernandez, Gladys Teale-Moulines and Delphine Quisefit

08/03/2017

Emmanuelle Marteau-Fernandez est directrice des ressources humainesGladys Teale-Moulines est directrice de la conformité et Delphine Quisefit directrice des risques. Toutes trois sont membres du Comité Exécutif du groupe CACEIS.

A l’occasion de la journée internationale des femmes, ces dirigeantes nous livrent quelques réflexions et conseils sur la façon de mener sa carrière aujourd’hui. 

Quel conseil donneriez-vous à une femme qui débute sa vie professionnelle en 2017 ?

Emmanuelle : "Etre curieuse, démontrer sa soif d’apprendre, changer de poste régulièrement en début de carrière ou occuper une fonction qui permet de découvrir plusieurs modes de fonctionnement et d’entités, rechercher les occasions d’aller à la rencontre de cultures différentes, la diversité des expériences enrichit indéniablement, ouvre l’esprit et permet de relativiser les expériences."

 

 

 

Delphine : "Je lui conseillerais d’aller vers des sujets qui l’intéressent. Le monde change très vite, il faut être agile et rechercher le plaisir professionnel plutôt que l’atteinte d’un but lointain et finalement peu certain. En ce sens, il est important de saisir les opportunités offertes et de ne pas s’auto-limiter. En un mot, avoir confiance en soi et tracer sa route en fonction de ses aspirations et des possibilités du moment."

 

 

Gladys : "En début de carrière (soit pendant les 6 premières années), les hommes et les femmes ont selon moi les mêmes opportunités. C’est le moment de développer son réseau car une carrière se construit avec l’appui de contacts et grâce à des mentors qui vous donnent confiance pour avancer. Entre 30 et 40 ans, une femme connaît parfois des pauses dans sa vie professionnelle et, au retour, il faut qu’elle puisse redémarrer, le réseau sera là pour l’épauler."

Je recommande aussi aux jeunes femmes de lire « En avant toutes » de Sheryl Sandberg, un livre très stimulant et « Une vie » de Simone Veil.

 

D’après votre expérience, quels sont les facteurs clés de succès pour doper sa carrière ?

Gladys : "Je dirais qu’il faut développer un réseau (mixte !) dans sa vie professionnelle et personnelle, oser solliciter l’avis et les conseils de dirigeants sur son parcours professionnel, exprimer clairement et suffisamment tôt son intérêt pour tel ou tel poste. Certaines femmes ont parfois tendance à attendre d’avoir toutes les compétences requises pour postuler, c’est inutile, il faut se lancer si l’envie est là. Entretenir une solidarité entre femmes me semble également un facteur clé de succès."

Emmanuelle : "Un mix de qualités personnelles et d’appuis externes. J’ai eu la chance au cours de ma carrière de rencontrer à plusieurs reprises des personnes qui ont cru en moi et m’ont fait confiance pour progresser et prendre plus de responsabilités. Chaque rencontre a aussi été l’occasion de me confronter à des personnalités différentes et des modes de fonctionnement variés. Cela apprend à s’adapter notamment sur le plan relationnel."

Delphine : "Etre bon dans ce que l’on fait et aussi être là au bon moment. Cela passe par une capacité d’écoute et d’ouverture pour être à l’affût des opportunités. Une carrière ne se construit pas tout(e) seul(e). Il est important de discuter avec ses collègues, de garder le contact avec des relations professionnelles antérieures. Pour résumer, les facteurs clés de succès sont la compétence, la réactivité et le réseau."

Quelles sont les qualités ou compétences qu’une femme doit développer pour devenir dirigeante ?

Delphine : "La vision et l’exemplarité. Un(e) dirigeant(e) doit d’un côté avoir une compréhension fine de l’écosystème de son secteur, mobiliser sa capacité d’analyse pour prendre rapidement des décisions pertinentes et de l’autre côté il doit savoir se remettre en question car rien n’est jamais acquis. Pour cela, il lui faut être à l’écoute des collaborateurs qui ont pris le temps de creuser tel ou tel dossier et sont donc les experts du sujet. Se remettre en question c’est savoir s’adapter et réorienter ses actions au bon moment."

Gladys : "Quel que soit le sexe, le leadership repose sur une capacité à développer une vision, prendre des décisions et fédérer autour de soi une équipe pour atteindre un objectif. Il peut bien sûr y avoir une approche, une sensibilité différentes d’un dirigeant à l’autre mais je ne relierais pas cela à des qualités féminines ou masculines, plutôt à un parcours de vie, une culture ou une personnalité. Définir des qualités féminines nécessaires me semble même dangereux : c’est ajouter une pression supplémentaire aux femmes en insinuant une idée de perfection. Une femme, comme un homme, a des défauts et des qualités. C’est la diversité des profils qui est intéressante."

Emmanuelle : "Ce qui me semble important c’est de rester soi et d’être cohérent avec ses principes et valeurs tout en sachant s’adapter aux circonstances. Je ne sais pas si ce sont des qualités mais ce sont en tous cas des éléments moteurs pour une entreprise : le fait de s’intéresser aux gens, de croire en leurs capacités sont essentiels si l’on veut motiver, aller de l’avant. Dans nos métiers de service, les personnes sont un facteur différenciant et ce n’est pas en ma qualité de DRH que je dis cela."

Quel principe ou valeur considérez-vous comme essentiel dans votre position ?

Emmanuelle : "A un certain niveau, on est clairement plus visible et donc plus exposé. De fait, l’exemplarité dans les actions menées me paraît indispensable."

Gladys : "Travailler dans un climat de confiance –  dans toutes les situations – et dans un esprit de solidarité. La solidarité fait partie des principes de management à CACEIS et j’y adhère totalement. Ces deux valeurs – confiance et solidarité – constituent mes principaux moteurs."

Delphine : "Etre un(e) dirigeant(e) c’est aussi savoir entraîner avec soi toute une équipe vers une réussite commune. Je reviens donc à cette notion d’exemplarité pour créer une dynamique positive."

***

Le groupe CACEIS partage la conviction que la mixité est un facteur de performance pour l’entreprise. Il mène une politique en faveur de l’égalité professionnelle femmes/hommes. La mixité est une action du plan de responsabilité sociale (RSE) commune à toutes les entités du Groupe Crédit Agricole SA. Son objectif est la progression durable du nombre de femmes dans les cercles managériaux et les viviers des futures dirigeantes. CACEIS s’est ainsi engagé à suivre la promotion des femmes managers et la parité des recrutements aux postes d’encadrement.